5 nouvelles missions pour le formateur

  18 juin 2014 |  La rédaction  Actualités Immersive Learning

Avec la nouvelle réforme de la formation professionnelle, le rôle du formateur évolue considérablement. Au-delà de la simple animation de sessions présentielles, il doit désormais accompagner les apprenants tout au long du processus de formation. Découvrez les 5 nouvelles missions des formateurs, à l’heure du digital.

5 nouvelles missions pour le formateur

 

#1 : Définition des objectifs pédagogiques

La réforme 2014 de la formation professionnelle concerne notamment l’accompagnement et le support à l’apprentissage (création du Compte Personnel de Formation – CPF, importance de la qualité de la formation, encadrement de l’entretien professionnel, etc.). Dans ce cadre, le formateur aborde le projet de formation tel un véritable coach : il analyse les besoins des apprenants, définit des objectifs précis d’apprentissage puis choisit l’approche pédagogique la plus adaptée. L’objectif est d’élaborer une formation personnalisée qui favorise l’acquisition de connaissances et le développement de compétences pérennes pour une efficacité réelle dans le monde professionnel.

 

#2 : Conception du dispositif de formation

La qualité des formations est un prérequis, que ce soit pour les organismes de formation ou les entreprises soucieuses de leur performance. Tout l’enjeu est d’adapter les formations aux problématiques métiers de l’entreprise et à l’évolution des marchés.
Le formateur joue ici un rôle essentiel dans la conception d’un déroulé pertinent de formation. Le choix des activités doit ainsi être réalisé en fonction des objectifs validés avec les apprenants et les managers.
La mission conjointe des formateurs et des managers est d’évaluer la progression des apprenants tout au long du parcours d’apprentissage. Ce suivi passe par l’adoption d’un système de mesure des performances. Le soutien et l’implication du formateur sont tout particulièrement importants dans le cadre d’un dispositif Digital Learning car l’apprenant ne doit pas être laissé seul face au module.

 

#3 : Choix des ressources pédagogiques

Les salariés ont davantage de liberté dans le choix des formations, grâce au CPF. Mais devant la multiplication des outils et l’émergence de formations à distance, comment choisir les modules adéquats ?
La formation présentielle reste omniprésente dans les processus de formation. Néanmoins, le blended-learning (mix entre le présentiel et le Digital Learning) ou des formations basées uniquement sur le Digital Learning entrent de plus en plus dans les pratiques des entreprises.
Face à la multiplicité des outils, le formateur doit orienter l’apprenant afin qu’il tire le meilleur parti des ressources à disposition. Pourquoi ne pas opter par exemple pour une simulation 3D ou un Serious Game afin de confronter de façon réaliste le vendeur à son client ? Le Digital Learning apporte en effet une nouvelle dimension à la formation traditionnelle comme l’immersion et l’interactivité. Reste à bien articuler les modules entre eux afin de développer les compétences des salariés sur le long terme !

 

#4 : Motivation et implication des apprenants

Afin d’engager les apprenants et suivre leur évolution, le formateur peut par exemple s’appuyer sur des outils comme les réseaux sociaux d’entreprise, des tchats, des wikis ou encore des blogs. L’objectif est de faciliter les interactions grâce aux spécificités sociales et collaboratives de ces outils.
D’autres techniques peuvent également être mises en place comme la Gamification pour impliquer davantage les apprenants. Un système de scoring ou de récompenses permet ainsi de maintenir un haut niveau de motivation, surtout dans le cadre de formation sur le long terme (Pour en savoir plus : Digital Learning : Engagez et impliquez les apprenants grâce la Gamification).
Dans le cadre du Digital Learning, un module e-learning peut également être complété par une plateforme sociale (intranet, forums, RSE…) où les apprenants échangent et partagent leurs idées et astuces pour être plus performants dans leur métier.

 

#5 : Suivi de la progression de l’apprenant

Lors de la mise en place de programmes de formation, les entreprises s’attendent à des résultats concrets en termes de montée en compétences et d’accroissement de la performance. Afin de répondre à ses enjeux, le formateur doit utiliser des outils qui lui permettent d’évaluer les acquis des apprenants comme des relevés statistiques ou des outils de reporting, souvent intégrés dans les logiciels de formation.
D’un point de vue quantitatif, la mesure des objectifs se fait grâce aux indicateurs de performance tels que les taux et fréquences de connexion au module ou à la plateforme de formation, l’évolution des scores, le nombre de bonnes réponses, etc. Le ROI est également une métrique à prendre en compte afin de mesurer efficacement l’impact d’une formation sur le long terme. Grâce à ces éléments, le formateur pourra si besoin réorienter les apprenants vers les objectifs pédagogiques pertinents mais également certifier, habiliter…
Enfin, de manière plus personnalisée et qualitative, les entretiens de motivation et les séances de coaching peuvent compléter le dispositif de formation et ainsi limiter le taux d’abandon sur les supports de formation à distance par exemple.

 

Alors si vous aussi vous souhaitez prendre le virage du numérique pour mettre en place des formations efficaces et qualifiantes, n’hésitez pas à faire appel à notre équipe de spécialistes.