Digital Learning : les points essentiels pour votre transformation digitale

  25 mars 2021 |  Léa Renault  Actualités de Serious Factory

Les contraintes sanitaires auxquelles le monde a dû faire face à cause de la pandémie du Covid-19 ont beaucoup participé au développement du Digital Learning.
Cette nette évolution du Digital Learning se ressent à la fois auprès des organismes de formation et également des répondants aux offres de formation. Ces derniers ont par exemple constaté que le Digital Learning présente un plus en termes d’efficacité, et cela, par rapport aux formations en présentiel.
Pour en venir à un résultat aussi satisfaisant, il est primordial de tenir compte de différents paramètres et de certains critères d’efficacité qui ciblent surtout les formateurs.

Les rôles et compétences de base du formateur

Dans tout apprentissage, la personne en charge de la formation assure le rôle de facilitateur. Pour que cela soit possible, il lui est nécessaire d’avoir toutes les connaissances relatives à la formation qu’il va transmettre. D’autre part, son rôle est de mettre en place des méthodes pédagogiques efficaces permettant aux apprenants d’atteindre leurs objectifs.

Toutefois, les méthodes à appliquer au cours d’une formation en présentiel sont totalement différentes de celles à adopter en Digital Learning.

Comment s’explique ce changement de méthodes ?

Pour comprendre cette évolution du rôle du formateur et de la méthodologie de travail en Digital Learning, il faut s’intéresser tout d’abord aux différentes exigences de la formation traditionnelle. Pour cette méthode classique, en effet, la formation demande à l’intervenant de structurer sa prestation. On exige de lui qu’il soit capable de diriger et piloter ses cours qui doivent avoir un impact sur ses apprenants.

Cependant, dans le domaine du Digital Learning, le formateur doit nécessairement changer ses méthodes. Il peut par exemple avoir besoin de créer des visuels et des scénarios en tout genre pour rendre l’apprentissage plus facile et plus attractif.

En plus d’être un pédagogue capable de concevoir son programme, l’animer et l’évaluer, le formateur doit maîtriser la technologie digitale, le canal qui lui sert de moyen pour transmettre des connaissances et plus important également : il doit être un vrai entrepreneur et un marketeur. Cette fonction implique également une grande capacité de coaching personnel.

Le monde du digital ne cesse de se développer, il est alors plus qu’important de suivre cette évolution et d’adapter les méthodes et techniques d’apprentissages pour que les modules de formations attirent plus de cibles et soient rentables pour l’organisme.

Digital Learning : quelles techniques à adopter en 2021 pour satisfaire les besoins des utilisateurs ?

1) Déterminer les besoins pour placer l’utilisateur au cœur de la formation
Notre objectif en tant que formateurs est de parvenir à se faire adopter facilement par nos cibles. Cela n’est possible que si nous proposons des méthodologies et des pratiques pédagogiques qui permettent de répondre à leurs attentes. La meilleure manière d’y parvenir est de concevoir un programme personnalisé qui se focalise sur l’apprenant et ses besoins.

Ainsi, à chaque étape de la conception du programme, les formateurs doivent se tourner vers les objectifs de l’apprenant. C’est d’ailleurs une manière très efficace de susciter son engagement envers le programme.

Pour ce faire, un entretien ou une sorte de briefing avec le candidat est obligatoire afin de définir les méthodes d’apprentissage qui lui va le mieux, les types d’activités qui le motivent le plus lorsqu’on parle d’apprentissage, ou encore, la nature des difficultés qui peuvent l’empêcher d’assimiler des informations.

Nous vous invitons à en savoir plus sur les techniques à mettre en place pour booster l’engagement des apprenants dans notre livre blanc « Juicy Learning : la méthode en 9 étapes ».

2) Adopter la méthode qui correspond aux besoins de vos apprenants et à votre activité
En 2021, il faut élargir les possibilités et utiliser tous les canaux de communication et plateformes disponibles, notamment ceux qui mettent à l’aise le public cible.

le Mobile Learning
Le Mobile Learning ou m-learning est une nouvelle forme de technique de formation qui apporte de nouvelles possibilités pour les apprenants. Le principe est de permettre à ces derniers de continuer leur apprentissage partout où ils vont et à n’importe quelle heure en utilisant des outils mobiles, à savoir un téléphone portable, une tablette ou un ordinateur portable.
Cet outil d’apprentissage est à adopter pour ses différents avantages. Aussi, il offre la possibilité d’apprendre à son rythme. Qu’importe où l’on se trouve et à n’importe quelle heure, on peut continuer la formation même sans connexion internet, comme c’est le cas dans les transports en commun ou les avions, entre autres.

L’avantage de ce type de formation est aussi de permettre aux formateurs de varier le contenu des modules et de les rendre plus attractifs.

La gamification et la réalité virtuelle sont par exemple, des manières interactives et efficaces pour optimiser l’apprentissage. Ce sont des formes d’outils qui peuvent être exploités avec le Mobile Learning.

La réalité virtuelle permet par exemple d’immerger l’apprenant dans une situation réelle où il n’y a plus besoin de manipuler un clavier ou une souris. Le casque de réalité virtuelle (VR) permet à la personne de simuler toutes sortes de situations. La personne peut faire des erreurs sans qu’ils aient un impact dans la vraie vie, une excellente manière d’apprendre.
La seule règle pour le formateur est de mettre en place une formation qui attire et qui suscite l’intérêt.

 

L’apprentissage mixte
L’apprentissage mixte, ou Blended Learning, est une autre forme de méthode à exploiter par les formateurs.

En quoi cela consiste ?

Le principe consiste à construire un programme avec des séances en ligne et des séances traditionnelles en salle. Les vrais atouts de cette méthode sont nombreux. En effet, l’apprentissage mixte permet aux apprenants de disposer de tous les avantages du Digital Learning. C’est notamment le cas pour pouvoir profiter de programmes attractifs et d’outils en tout genre comme le serious game, la réalité virtuelle, etc.

Mais en plus, les apprenants bénéficient d’échanges et d’interactions réelles et directes avec les formateurs et les autres apprenants.
Notez que le volume horaire de la partie de la formation en présentiel est moins important que celui des cours en ligne. Selon le module, les formateurs décident des parties du module à faire en salle et celles qui vont se dérouler chacun de son côté.

Micro learning ou fast learning
Comme son nom l’indique, le micro learning est une formation courte. Il s’agit d’un ensemble de petits modules que l’apprenant peut avoir accès à n’importe quel moment. L’apprenant décide alors de l’ordre dans lequel il souhaite se former. Il n’y a pas de règlements stricts à suivre dans le fast learning, l’apprenant n’est pas obligé de consulter tous les modules. Il peut le faire quand il le souhaite.